New York District (New York Police Judiciaire)

  LawAndOrder-fr > Base de données d'articles relatifs à la galaxie Law & Order

11 Décembre 2018


Les faits divers inspirent les séries américaines
Publié par Florence PITARD dans Ouest France le 01/12/09.


Qui n'aime pas se faire peur devant les séries policières américaines ? Des crimes aussi tordus ne peuvent exister que dans l'imagination des scénaristes...
En général, les épisodes sont précédés de mentions du genre « Toute ressemblance avec des événements ayant existé n'est que pure coïncidence ». Aurélie Poupée, auteure du livre Crimes de série, montre les arrangements de ces séries avec la réalité.

Cold Case. Lilly Rush y résoud des affaires anciennes. « Cold Case mêle habilement fiction et réalité », dit Aurélie Poupée. L'un des épisodes raconte ainsi l'assassinat d'une jeune fille rousse frappée à coups de raquette de tennis, dans les années 1970. L'un des deux frères de la famille de notables où se tenait la soirée est confondu. « Cette histoire s'inspire de l'affaire Martha Moxley, en 1975, dans le Connecticut. Martha, qui était blonde, avait été tuée... à coups de club de golf ! Deux frères avaient été suspectés et l'un d'eux arrêté. »

Esprits criminels. Des agents du FBI, basés en Virginie, résolvent des crimes atroces dans tous les États-Unis. Ces profilers dressent le profil psychologique des tueurs. « Le personnage principal est inspiré de John Douglas, « pape » du profilage. » Dans l'avion qui les mène sur les lieux des crimes, les profilers y font de fréquentes allusions à de véritables tueurs en série. « Les scénarios s'inspirent aussi des profils psychologiques des vrais serial killers et de leurs méfaits. Seule la fin s'éloigne de la réalité, car les policiers arrivent souvent à tirer la victime des griffes du tueur ! »

New York District et ses dérivés, New York Unité spéciale et New York Section criminelle. Ces séries sont découpées en deux : l'arrestation, puis le procès. Très réalistes, elles proposent un excellent décryptage du système policier et judiciaire américain. « Jusqu'au choix des intrigues. Les scénaristes reconnaissent qu'ils puisent leur inspiration dans les journaux. » Au début de New York Section criminelle, l'avertissement en début d'épisode est un peu schizophrénique : il signale que l'intrigue est inspirée de faits divers réels, mais précise que les personnages sont inventés. « Des détails et les dénouements changent. »

Les Experts. C'est le contraire. « Ils sont accusés d'influencer la vie réelle ! Ils créent la polémique car ils apprendraient aux meurtriers à effacer leurs traces. Lors des procès, certains jurés exigent davantage de preuves matérielles, même si ce n'est pas nécessaire ! »

Pourquoi ces arrangements ? « Les scénaristes estiment que réalité + fiction = fiction ! Surtout, ils se protègent des familles des victimes et des coupables. Ils espèrent ainsi ne pas provoquer de réouvertures d'affaires. »

Crimes de série, éd. Scènes de crime, 209 pages, 13,50 €.

Article issu de Ouest France et
initialement publié le 01/12/09.




Tous les articles présentés dans cette rubrique sont la propriété de leurs auteurs respectifs.





© 2001-2018 LawAndOrder-fr
New York Unité Spéciale
New York Section criminelle
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA