New York District (New York Police Judiciaire)

  LawAndOrder-fr > Base de données d'articles relatifs à la galaxie Law & Order

21 Août 2018


General Electric en passe de devenir un géant des médias
Publié par Nicolas Barre dans Les Echos le 03/09/03.


Le conglomérat est propriétaire, avec NBC, du réseau de télévision américain le plus rentable.

DE NOTRE CORRESPONDANT À NEW YORK.

Jack Welch, l'ancien patron de General Electric (GE), voyait l'avenir de GE dans l'industrie. Son successeur, Jeff Immelt, parie sur la télévision et les studios de cinéma. La reprise de Vivendi Universal Entertainment (VUE) par NBC , le réseau de télévision appartenant à General Electric, si elle aboutit, va profondément transformer un conglomérat présent dans des secteurs aussi divers que les moteurs d'avion, les centrales nucléaires, la chimie et la finance. Une transformation dont Jack Welch ne voulait pas entendre parler, lui qui avait au contraire cherché à fusionner GE avec un autre industriel, Honeywell , avant que cette opération ne soit bloquée par Bruxelles.

Le nouveau pôle NBC Universal serait valorisé 41 milliards de dollars (37,8 milliards d'euros), selon les chiffres qui circulaient hier à New York. Cela ne représente qu'une fraction de la valeur boursière de General Electric, 300 milliards de dollars (plus de 275 milliards d'euros), mais autant que ce que vaut Disney à Wall Street (42,3 milliards de dollars).

Lorsque Jeff Immelt a pris la tête de General Electric le 10 septembre 2001, la veille des attentats aux Etats-Unis, l'un des dossiers en suspens était l'avenir stratégique de NBC. Fallait-il profiter des bons résultats de la chaîne pour la vendre ? Ou jouer au contraire les prédateurs pour accroître les positions de NBC dans la production, son point faible ? On sait que Robert Wrigth, le patron de NBC, pur produit de GE, qui a commencé sa carrière dans les plastiques, comme Jeff Immelt, avant de rejoindre la chaîne de télévision, a toujours rêvé de projets ambitieux : acheter les studios Columbia à Sony (qui n'a jamais voulu vendre), fusionner avec Time Warner , reprendre CNN , se rapprocher d'un autre network, etc.

La success-story NBC

Les attentats du 11 septembre 2001 ont bien sûr mis en veilleuse les décisions stratégiques sur NBC, acquis en 1986 pour 6,3 milliards de dollars. D'autant que Jeff Immelt avait, en plus du retournement de la conjoncture, d'autres chats à fouetter : critiques sur le manque de transparence des comptes de GE, polémique sur les indemnités de départ généreuses de Jack Welch, doutes sur la dette à court terme du groupe, etc. Au même moment, les difficultés d'AOL Time Warner et de Vivendi Universal ne rendaient pas très attrayante, aux yeux des investisseurs, l'idée d'investir massivement dans les médias.

Les choses ont changé, estime le patron de GE. La semaine dernière, lors d'une rencontre à huis clos avec des investisseurs, il a commencé à « vendre » sa stratégie pour NBC. « Notre proposition est attrayante pour les actionnaires », a-t-il promis, sans donner plus de détails. NBC (qui possède aussi les chaînes câblées CNBC , MSNBC et Bravo ) est le seul grand réseau de télévision qui soit obligé d'acheter la majorité de ses productions de « prime time » à l'extérieur. « Law and Order », par exemple, est produit par Universal pour la bagatelle de 550 millions de dollars par an. Chez ABC (Disney), CBS (Viacom) ou Fox (Newscorp), la plupart des séries sont produites en interne et recyclées plus tard sur des chaînes câblées. C'est l'une des raisons de l'opération mais pas la seule. Appliquées à NBC, les méthodes de gestion de General Electric en ont fait la chaîne la plus rentable des Etats-Unis. Cette success-story, Jeff Immelt compte la vendre à Wall Street pour justifier un investissement aussi important dans un secteur aussi risqué que les médias. GE, explique-t-on de bonne source, est le mieux placé pour dégager des synergies et faire des économies. En conservant un intérêt direct dans l'affaire, Vivendi Universal parie aussi sur la solidité de l'équipe de direction de NBC.

La perspective d'une prise de contrôle de VUE par NBC ne fait toutefois pas l'unanimité au sein de l'empire Universal. De tous les postulants à l'acquisition, GE-NBC est considéré comme l'actionnaire le plus encombrant. On se pose, par exemple, des questions sur la reconduction du budget de production de 700 millions de dollars des studios Universal. Et sur les rôles exacts de Ron Meyer, le président de Universal Studios, et de Stacey Snider, qui dirige Universal Pictures. GE se vante d'avoir réussi plusieurs milliers d'acquisitions au fil de son histoire. Mais, qu'il s'agisse de Matsushita , Seagram ou Vivendi, Universal a rarement réussi à ses propriétaires successifs.

Article issu de Les Echos et
initialement publié le 03/09/03.




Tous les articles présentés dans cette rubrique sont la propriété de leurs auteurs respectifs.





© 2001-2018 LawAndOrder-fr
New York Unité Spéciale
New York Section criminelle
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA