New York District (New York Police Judiciaire)

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York District / New York Police Judiciaire > 3.06

11 Novembre 2019

New York District / New York Police Judiciaire

Episode 3.06 : Helpless

Review réalisée par EADA Jack McCoy


Pré-générique

Le docteur Elizabeth Olivet est dans le cabinet de son gynécologue le docteur Alex Merritt. Olivet se plaint d’avoir des crampes. Le Dr Merritt l’examine donc. On sent le Dr Olivet très tendue pendant que Merritt l’ausculte quand soudain celui-ci sort le nom du parfum « eternity » porté par Olivet. Celle-ci est surprise.
On remarque que Merritt est attiré par Olivet (« j’ai un faible pour eternity »). Le Dr Olivet est de plus en plus crispée malgré le conseil de Merritt qui lui dit de se décontracter.
Le Dr Merritt demande à Olivet si elle apprécie. Celle-ci ne comprend pas pourquoi le docteur lui dit ça et répond par la négative. On note l’attitude de Merritt qui est très suspecte, on voit qu’il prend du plaisir à ce qu’il fait et il a un sourire très dérangeant. Il répond que « ça va venir ». Là c’est trop le Dr Olivet lui demande d’arrêter poliment mais Merritt n’a pas l’air d’en avoir envie alors elle lui demande de stopper immédiatement sur un ton plus brusque et en se repliant.
Merritt lui annonce alors qu’il faudra qu’elle passe un examen en vue d’établir un diagnostic pour ne pas établir l’hypothèse d’un cancer selon les propos du docteur Merritt. Olivet est étonnée par cette hypothèse.

Salle d’interrogatoire du 27e commissariat : Le Dr Olivet en présence de Cerreta et Logan accuse le Dr Merritt d’attentat à la pudeur. Elle dit savoir bien faire la différence entre un examen médical et un attentat à la pudeur.
Les inspecteurs sont assez gênés. Logan lui demande si elle est sûr d’elle et elle lui répond que quand il a vu que ça tournait mal, il a tenté de l’intimidée en sortant le mot « cancer ». Cerreta lui dit que c’est normal qu’un gynécologue procède à un « toucher ». Le Dr Olivet répond : « Depuis l’âge de 15 ans, je vois régulièrement un gynécologue. Je n’avais jamais eu l’impression d’être souillée ».

Générique

Les deux inspecteurs sont dans le bureau de Cragen. Celui-ci aurait préféré qu’elle expose son cas à la brigade des mœurs mais Logan répond que c’est normal, que quand quelque chose de pareil arrive on va chez qui on est sûr d’être écouté entre autre à la brigade criminelle du 27e district là où elle travaille de temps en temps pour la police.
Si Merritt est reconnu coupable, au pire, d’après Cragen, il se ferait condamner à une amende de mille dollars et une leçon de morale. Au mieux il prend six mois. Un attentat à la pudeur reste un délit mineur. Cerreta essaye d’avancer que si on accumule les délits mineurs mais il est tout de suite repris par Cragen « Ah non là vous poussez le bouchon un peu trop loin ». Logan par contre pense, d’après l’hypothèse que Merritt est un délinquant sexuel, qu’il a pu tenter sur d’autres femmes. Il propose donc de regarder s’il n’y a pas eu de plaintes à son encontre.
Les plaintes sont malheureusement confidentielles sauf si des sanctions disciplinaires ont été prises. Le fonctionnaire vérifie mais leur apprend tout le contraire : le Dr Merritt est quelqu’un de très réputé : membre du comité d’éthique, des prérogatives dans les meilleurs hôpitaux de la vile. Il cite tous les hôpitaux et les années durant lesquelles le Dr Merritt a été. Il explique aux inspecteurs que les hôpitaux s’arrachent ce genre de personne. Ils lui font signer des contrats de cinq ans. Logan remarque alors une anormalité : le Dr Merritt n’a passé que trois ans dans le Manhattan Général (de 1988 à 1990). Les inspecteurs supposent donc qu’il a dû partir certainement à cause de problèmes avec des patients.
Le directeur de l’hôpital vante les qualités du Dr Merritt et explique son départ pour raison administrative. Il aurait demandé son départ. Le directeur suppose que, vivant dans le Nord et l’hôpital étant dans le centre, il en avait marre de faire les trajets (du n’importe quoi en somme). Les inspecteurs comprennent bien que le directeur se fout d’eux et Cerreta lui demande si ce n’est pas plutôt ses patientes qui en ont eu marre de lui mais le directeur persiste à ne rien dire.
Cerreta et Logan pensent donc à interroger les anciennes patientes de Merritt. Cerreta suppose que Merritt ne gérait pas sa comptabilité tout seul et donc qu’il avait un comptable. Il souhaite vérifier les factures. Pourquoi ? Et bien Logan se demande la même chose et Phil lui donne un très bon exemple : « vous allez dans un restaurant, le lendemain vous êtes malade. Est-ce que vous y retournez ? ».
Cerreta relève un nom et Logan en sort un aussi : Diane Perkins. Régulière comme une horloge, elle a cessé ses visites. D’autres noms sortent de la liste.
Ils décident donc d’aller leur rendre visite en commençant par Donna Marks. Elle leur apprend qu’ils ont eu une relation quand elle était sa patiente.
Les inspecteurs rendent ensuite visite à Diane Perkins. Sa mère les renseigne car Diane est sous calmants. Elle se bat depuis des années contre une maladie mentale et elle sort d’une tentative de suicide mais ils insistent pour lui parler. Malheureusement, comme a dit sa mère, elle est dans les vaps. Quand Logan sort le nom de Merritt elle répond en disant qu’il fait toujours très chaud dans son cabinet. Elle portait une robe bleue et n’était pas maquillée, « il adorait ça, il souriait tout le temps ».
Cerreta et Logan vont ensuite voir une autre ancienne patiente du Dr Merritt. Elle leur raconte qu’il aurait tout aussi bien pu la violer, elle n’aurait rien senti. Il l’a opérée au laser sans même une anesthésie locale. Mais la Commission médicale lui a indiqué qu’aucune faute n’avait été commise et qu’il n’avait agit que dans son intérêt.
Les inspecteurs interrogent un médecin de la Commission qui leur dit qu’après analyse des rapports ils avaient conclut que Merritt avait agit dans l’intérêt de sa patiente. Petite pointe d’humour de la part de Cerreta : « Mais c’est fou ça ! C’est la seule qui ne s’en est pas rendu compte ».
Cerreta pense maintenant à vérifier les plaintes à la Cour Suprême des Etats-Unis qui elles ne sont pas confidentielles. Ils se retrouvent donc avec Robinette entrain de consulter l’ordinateur. Ils apprennent donc qu’en 1973 Merritt a divorcé.
Melle Celia Walsh, ancienne femme de Merritt, informe les inspecteurs qu’elle s’estime heureuse d’avoir survécu, malgré tout ce qu’elle a subit (qu’elle pense avoir supporté au nom de l’amour), contrairement à la seconde Me Merritt. Elle morte après deux ans de mariage. Elle s’est suicidée sur la table d’auscultation du Dr Merritt. Les inspecteurs supposent que Merritt l’a poussée à bout. Elle a aussi été retrouvée avec des objets sado maso laissant deviner les loisirs de ce cher docteur. Ils retournent donc voir Donna Marks et lui montrent les photos. Elle leur dit que ce qui l’excite le plus c’est de voir la trouille dans les yeux des femmes. Le jour où elle n’a plus eu peur de lui, il l’a plaquée.
Cragen dit aux inspecteurs qu’ils n’ont pas assez pour arrêter Merritt « Vous allez me donner des oranges pour que je fasse du jus de pomme ! »
Ils retournent voir Olivet à son cabinet pour lui apprendre qu’ils ne peuvent engager des poursuites à l’encontre du Dr Merritt. Celle-ci est choquée par la nouvelle.
Le docteur Olivet retourne voir le Dr Merritt. Pendant qu’il est occupé elle place un magnétophone dans son sac à main (on peut aisément deviner qu’elle va vouloir piéger Merritt pour pouvoir avoir des preuves). Le docteur entre alors et ordonne à son infirmière d’aller chercher un sédatif dont il dit le nom. Il fait la piqûre à Olivet et dit qu’il va faire effet dans quelques secondes. On attend, la caméra fixée sur la tête de Merritt (qui fait peur à voir d’ailleurs) puis sur celle de Olivet qui commence à avoir des douleurs et qui dit qu’elle ne peut plus bouger. Fin de la scène.
Retour à l’hôpital, aux urgences, un docteur explique aux inspecteurs que la victime a été violée et qu’elle a le moral à zéro (ce qui est évident). Le docteur des urgences a déjà un nom : le docteur Merritt. Cerreta va au labo tandis que Logan va parler à Olivet. Elle est retournée voir Merritt pour l’empêcher de nuire, il lui administré une drogue qui élimine toute notion de consentement. Elle sort alors son magnétophone et le donne à Logan.
La prise de sang pour retrouver des traces du sédatif n’a rien donné. Les inspecteurs vont écouter la cassette chez le procureur Stone.
Après être sûr que Olivet n’a pas agit sous le couvert de la police Ben ordonne aux inspecteurs d’aller « boucler cet ordure ».
Belle arrestation du docteur Alexander Merritt devant toutes les personnes du comité d’éthique pour le viol du Dr Olivet.
Le Dr Merritt ainsi que son avocate se retrouvent dans le bureau du Procureur Stone. L’avocate de Merritt n’est pas prête à coopérer. Elle dit qu’on entend pas, sur la cassette, le Dr Olivet refuser les avances du Dr Merritt (c’est normal, elle est sous l’emprise de drogues). Elle ajoute que la seule personne prête à se faire violer pour obtenir des preuves agit sous le couvert de la police ce qui impliquerait beaucoup d’embêtements pour le Bureau du Procureur ainsi que pour la Police.
Cour Suprême : Stone fait témoigner le médecin des urgences qui affirme, selon son avis d’expert, que le Dr Olivet a été violée. L’avocate de la défense contre interroge en basant son argumentation sur le fait qu’il n’y avait pas de bouts de peau sous les angles du Dr Olivet et donc qu’elle ne s’est pas débattue voulant insinuer qu’elle était consentante.
Stone appelle à la barre le Dr Olivet. Il fait d’abord écouter l’enregistrement (ce qui laisse une blanc dans la salle) puis il interroge Olivet. Elle raconte ce qui s’est passé exactement en accentuant sur le fait qu’elle était paralysée et que c’était sûrement un sédatif objection retenue de la Défense). L’avocate de Merritt interroge Olivet en lui faisant préciser qu’elle travaille de temps en temps pour la police puis elle lui demande qui est le Dr Barbara Laurence. Olivet est troublée par la question, elle répond finalement en disant que c’est son gynécologue (la caméra tourne vers Stone qui n’est pas au courant de ce point et qui a donc la tête surprise). C’est son gynécologue depuis 12 ans. Elle a consulté et le Dr Laurence et le Dr Merritt durant le mois de septembre. L’avocate passe ensuite à Diane Perkins mais Ben objecte et le juge demande à voir les avocats dans son bureau. Diane Perkins a été violée par le Dr Merritt et est la patiente du Dr Olivet. Ses confessions relèvent donc du secret professionnel. Donc l’avocate ne pourra plus mentionner Diane Perkins.
Stone sort du tribunal où l’attend le Dr Olivet. C’est elle qui avait envoyée Diane chez le Dr Merritt. Elle se sentait donc responsable de son viol mais vu que celle-ci est atteinte d’une maladie mentale, elle n’aurait pas pu témoigner contre « un dieu de la médecine ».
L’avocate de Merritt fait témoigner l’assistante du docteur qui prétend que le Dr Olivet était familière avec le Dr Merritt et qu’elle attendait plus qu’un examen. Stone fait remarquer qu’elle est très bien payée par Merritt et que s’il allait en prison elle ne pourrait gagner autant.
C’est au tour du Dr Merritt de témoigner, il raconte qu’on ne peut entendre les avances du Dr Olivet car c’était avant qu’elle entre dans le cabinet (facile !). Il dit qu’elle était entreprenante et qu’il ne l’a pas violée.
En contre interrogeant le Dr Merritt, Stone enchaîne les « objections ! » de la part de la Défense avec notamment la question « traitez-vous toutes les femmes de salope docteur ? ». C’est d’ailleurs assez marrant l’enchaînement question – objection – « je retire » puis le « ça suffit monsieur Stone » du juge.
Le Jury rend son verdict : le Dr Merritt est reconnu coupable ! Joie du côté des victimes et du procureur quand soudain le juge fait taire l’assemblée. Le juge estime que le jury n’a pas tenu compte de tous les faits et rend une ordonnance de non-lieu. Bouleversement de Stone et du docteur Olivet.
Bureau d’Adam Schiff : Schiff essaye de savoir s’ils ne peuvent rien tirer de Diane Perkins mais elle n’a pas avoué l’histoire à Olivet. Schiff ordonne alors à Stone de « cuisiner » l’assistante de Merritt, persuader qu’elle a menti.
Stone et Robinette apprennent par son dossier que c’est une ancienne droguée. L’analyse sur l’anesthésique d’ayant rien donnée, Stone propose de mentir à l’assistante pour la faire avouer. Il l’accuse de complicité de viol, elle craque et dit qu’elle n’a pas aidé Merritt pour Perkins, qu’il l’a fait tout seul.
Olivet retourne voir Diane Perkins et réussit à la faire parler. Elle fond en larmes en avouant que Merritt l’a violée, elle refusait de voir la vérité en face.
Bureau de Stone : Olivet estime que Diane ne tiendra pas au procès car elle se sent coupable, elle croit qu’elle a provoqué Merritt. Olivet ajoute qu’il a arboré un sourire après le viol de Diane et qu’il a eu le même après que le juge l’ait relaxé. Il aime se pavaner devant tout le monde. Cette dernière phrase retient l’attention de Stone qui ordonne à Robinette de contacter Logan et Cerreta pour qu’ils arrêtent Merritt. Olivet refuse mais Stone lui affirme que Diane n’aura pas à témoigner. Il ajoute qu’il veut que les médias soient tous au courant.
Stone se fait donc interviewer par les médias/ Il précise que s’il a du mal à faire condamner Merritt c’est parce que les victimes de viol se sentent coupable et qu’elles n’osent pas témoigner. Puis les médias vont interviewer Merritt qui passe donc aux infos de six heures et l’on comprend le plan de Stone à sa phrase : « Elles sont nombreuses à regarder les infos de six heures ».
Merritt et son avocate se retrouvent chez le procureur. L’avocate de Merritt est furieuse, elle menace Ben de le faire rayer du Barreau. Mais Robinette sort une pile de dossier : 59 femmes que le docteur Merritt a violées, harcelées ou maltraitées. Le plan de Stone a marché, ça apprendra à Merritt de passer aux infos.
L’avocate a compris qu’ils ont perdu et qu’elle n’est même pas en mesure de négocier. Stone le condamne donc à la perpétuité.
Olivet se trouve chez son psychologue. Elle est toujours profondément bouleversée par son viol.

Fin

Appréciation :

Voilà l’un des meilleurs épisodes de Law & Order. L’histoire aborde un sujet difficile mais très bien traité : celui du viol de patientes par leur docteur. Le personnage du Dr Merritt est très troublant. Il fait assez peur. L’épisode met surtout en scène le Dr Olivet (que l’on a l’habitude de voir de temps en temps dans certains épisodes au compte de la police), personnage secondaire qui a le rôle principal dans cet épisode. Elle s’en sort à merveille et l’intelligence et l’ingéniosité de Ben permet la condamnation de Merritt même si Olivet en ressort avec de graves séquelles qui s’effaceront avec le temps d’après son psy car elle a une forte personnalité.

Review réalisée par EADA Jack McCoy

Episode diffusé sur NBC le 04/11/1992
Review en ligne depuis le 03/01/2007

Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).







© 2001-2019 LawAndOrder-fr
New York Unité Spéciale
New York Section criminelle
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(): Failed opening '/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php7.2/lib/php') in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: mysqli_fetch_row() expects parameter 1 to be mysqli_result, boolean given in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 7